reproduction des poissons a lire

Aller en bas

reproduction des poissons a lire

Message par poisson le Sam 23 Fév - 1:59

LA REPRODUCTION DES POISSONS

Les caractéristiques générales de la reproduction

La reproduction se produit à intervalles réguliers (périodique).De nombreux poissons pondent régulièrement tous les mois, d' autres plus fréquemment,certains moins souvent.

La reproduction est principalement influencée par la température, la lumière et l' alimentation des géniteurs (mais il y a bien d' autres facteurs).

Mâles et femelles

Les sexes sont en général séparés en théorie, les choses sont donc simples : il y a des mâles et femelles.

En fait, ce n' est pas si évident chez quelques espèces d' eau douce.

Certains d' entre eux peuvent changer de sexe au cours de leur vie, cela s' appelle l' hermaphrodisme successif. C' est par exemple le cas des mérous, de quelques Labridés.

En eau douce, le cas le plus connu est celui du xipho (Xiphophorus helleri) dont la femelle peut devenir mâle après avoir déjà reproduit.

Ce changement de sexe augmente les chances de reproduction, notamment dans le cas d' espèces qui vivent en harem : si le seul mâle vient à mourir, une femelle change de sexe pour assurer la survie de l' espèce.

La reconnaissance des sexes

La reconnaissance des sexes n' est pas évidente surtout en dehors de la période de frai, il n' y a pas forcément de différences entre mâle et femelle (les scientifiques emploient le terme de " dimorphisme sexuel ").

Lorsqu' il existe, ce dimorphisme (permanent ou temporaire) se manifeste par des couleurs différentes, par quelques critères anatomiques (prolongement de la partie basse de la nageoire caudale du xypho mâle en une épée), par le ventre plus ou moins rebondi de la femelle, par un comportement particulier.

Certains poissons sont fidèles, ils forment des couples inséparables durant toute leur vie. Lorsque l' un des deux vient à décéder, il n' est pas rare que son conjoint se laisse mourir.

Le sexage de certains poissons n' est pas facile. Dans ce cas, il est plus simple de commencer avec au moins six jeunes individus de manière à avoir toutes les chances d' obtenir au moins un couple. Ceci permet également aux poissons monogames d' avoir une chance de trouver un partenaire compatible(exemple de Cichlidés monogames: Steatocranus casuarius, les Aequidens, les Synspillum,Neolamprologus leleupi,Julidochromis marlieri, etc...).
Parfois, si un mâle seul est mis en présence d' une femelle, ils ne se reproduiront pas. D' autres poissons, comme les ovovivipares, les killies et les cichlidés polygames ont besoin de plusieurs femelles par mâle, pour éviter que les femelles soient sans cesse persécutées par les mâles immoraux.

Les oeufs

Le nombre d' oeufs varie suivant les espèces il est en général proportionnel à la taille de la femelle. Il semble cependant que cette règle ne s' applique pas toujours aux plus jeunes et aux plus vieilles femelles.

Pour une même espèce, la taille des oeufs n' est pas proportionnelle à la taille de la femelle, mais peut varier en fonction de l' alimentation plus ou moins riche. Plus un oeuf est gros, plus il donne un alevin grand qui, en principe, sera plus résistant (et plus facile à localiser et à manipuler par un aquariophile).
Le développement de l' oeuf
L' incubation

Un seul spermatozoïde (en principe) pénètre dans l' ovule ce qui évite des problèmes génétiques (surnombre de chromosomes) produisant des individus non viables.
Après la fécondation, un oeuf se divise en 2 puis 4 puis 8 et ainsi de suite jusqu' à former un amas de cellules identiques, en général en moins de 24 heures. A ce stade, celles-ci se différencient, c' est à dire qu' elles se spécialisent pour donner les futurs organes; l' embryon se développe. La durée d' incubation varie en général avec la température, si cette dernière s' élève la durée diminue et inversement. Chaque espèce possède une durée d' incubation caractéristique quasi-constante, en dehors de l' effet de la température.
Durant l' incubation, par transparence à la loupe, on voit progressivement se former la colonne vertébrale, l' oeil, et apparaître les pigments noirs. Ce développement s' effectue à partir des réserves primitives du vitellus.

Le rôle de l' oxygène
L' oxygène joue un rôle très important : s' il se raréfie, le développement embryonnaire est ralenti, l' éclosion peut ne pas se produire. Dans les zones pauvres en oxygène (eaux lentes et turbides), quelques espèces ont développé une technique particulière pour abriter et oxygéner les oeufs. C' est ainsi que le combattant (Betta splendens) construit un nid de bulles où s' abriteront ses alevins, ils y trouveront également de l' oxygène favorable à leur développement. D' autres poissons de la même famille pratiquent une méthode identique.
L' éclosion

L' embryon devient actif, la coque protectrice de l' oeuf se rompt sous ses mouvements. Il y a parfois sécrétion d' une substance par une glande de la tête, pour aider à l' éclosion, opération assez fatigante et qui demande beaucoup d' énergie pour la larve qui va naître.

Chez les ovipares

A l' éclosion, la larve ne ressemble pas à l' adulte, les organes ne sont pas tous formés ou sont disproportionnés (les yeux sont nettement surdimensionnés pour faciliter le repérage de la nourriture), et on note la présence du sac vitellin (ou vésicule vitelline). Celui-ci est le reste des réserves vitellines, il assure la survie de l' animal jusqu' à ce qu' il capte sa propre nourriture il se résorbe en quelques jours suivant les espèces. Pendant cette résorption bouche et anus s' ouvrent (si ce n' est pas fait auparavant), les nageoires se forment, la prise de poids est importante.
Très rapidement l' alevin ressemble à l' adulte, hormis sa taille il chasse activement pour se nourrir. En général peu mobile et ne pouvant parcourir de grandes distances, il est souvent la proie de ses prédateurs. S' il survit, la croissance est ensuite rapide, il adopte plus ou moins rapidement le comportement de l' adulte.

Chez les vivipares

Chez les poissons vivipares , l' incubation se produit dans le ventre de la mère, l' alevin rompt la membrane de l' oeuf juste avant ou juste après son expulsion par la mère. Il est plus grand que chez les poissons ovipares, le sac vitellin est pratiquement résorbé. Robuste, le jeune poisson nage pratiquement immédiatement et se met à la recherche de sa nourriture.
élever les alevins

Faire grossir les alevins peut demander du travail. Les petits poissons ont besoin d' une eau très propre, et pour certains, une alimentation spécifique est nécessaire.

Les bébés ovovivipares sont généralement les plus faciles à élever. Certains s' accommodent de nourriture en flocons finement émiettée dès le début, et ont juste besoin de changements d' eau fréquents pour maintenir une bonne croissance. Ils ont également besoin d' algues ou de spiruline.

Les bébés ovipares sont généralement plus difficiles à élever. La plupart sont trop petits pour pouvoir manger de la nourriture pour adulte, et ont donc besoin d' une alimentation spécifique. Les nauplies d' artémias vivantes fraîchement écloses sont alors la nourriture de choix pour la plupart des alevins, bien que certains aient besoin d' infusoires, encore plus petites. Les daphnies finement tamisées fonctionnent également. Les bébés des poissons mangeurs d' algues ont besoin d' algues ou de végétaux cuits (blanchis). Il existe également des nourritures pour alevins commerciales qui fonctionnent, et dans les cas désespérés, le jaune d' oeuf cuit. Attention, cependant, les nourritures non vivantes sont terriblement polluantes, tout particulièrement le jaune d' oeuf.

En réalité, conserver l' eau du bac propre est certainement la plus grande difficulté pour élever des alevins. Les jeunes poissons qui grandissent ont besoin de beaucoup de nourriture, et ils ne sont pas très doués pour la trouver, ce qui oblige à augmenter les doses. Comme dans tout aquarium, l' ajout d' une grande quantité de nourriture doit être contrebalancée par le maintien d' une qualité d' eau sans faille. En fait, les alevins nécessitent une eau encore plus propre que les adultes. Des changements d' eau fréquents sont donc indispensables, ainsi qu 'une filtration biologique efficace. Les bacs pour alevins nécessitent souvent des changements d' eau journaliers allant jusqu 'à la moitié du volume du bac. Les filtres éponges constituent la méthode de filtration préférée car ils constituent une filtration biologique efficace et ne peuvent pas aspirer les alevins.

Les larves de poissons marins ont les besoins les plus exigeants. Ils doivent être nourris avec du plancton extrêmement fin ou des rotifères dans un bac ou l' eau doit être proche de la perfection.

Enfin, lorsque les alevins ont grandis, ils doivent être transférés dans des quartiers plus spacieux. Le bac de 40 litres qui héberge 100 alevins ne peut contenir 100 adultes très longtemps

Prérequis à la reproduction

De nombreux poissons ne se reproduiront pas avec succès sans certains prérequis :

Un mélange convenable de mâles et de femelles :

Ceci peut paraître évident, mais le sexage de certains poissons n' est pas facile. Dans ce cas, il est plus simple de commencer avec au moins six jeunes individus de manière à avoir toutes les chances d' obtenir au moins un couple. Ceci permet également aux poissons monogames d' avoir une chance de trouver un partenaire compatible. Parfois, si un mâle seul est mis en présence d' une femelle, ils ne se reproduiront pas. D' autres poissons, comme les ovovivipares, les killies et les cichlidés polygames ont besoin de plusieurs femelles par mâle, pour éviter que les femelles soient sans cesse persécutées par les mâles immoraux.

Une eau extrêmement propre :

La plupart des poissons ne se reproduisent pas si l' eau contient de l' ammoniaque ou des nitrites, et les grosses concentrations de nitrates sont toxiques pour les alevins. Certains poissons, les tétras en particulier, doivent se reproduire dans des bacs nus et stériles si l' on ne veut pas que les oeufs soient détruits par les champignons.

Un régime alimentaire varié :

Les poissons qui se reproduisent ont besoin d' une meilleure alimentation que ceux qui se contentent de vivre dans un bac communautaire. Les éleveurs appellent ceci le conditionnement alimentaire spécifique aux reproducteurs. La nourriture spécifique comporte de la nourriture vivante, de la nourriture vivante congelée. Il vous faut connaître quelle est l' alimentation adaptée à l' espèce que vous souhaitez reproduire.

Un environnement correct :

Les poissons pondeurs sur substrat ont besoin d' un support de ponte adapté, comme de la tourbe, un galet, une coquille ou une plante. Certains poissons sont timides et nécessitent des cachettes, des grottes ou une lumière diffuse. D' autres poissons ont également besoin d' une eau aux qualités physico-chimiques particulières. C' est le cas par exemple des Discus, qui ont besoin d' une eau très douce et acide, ou les cichlidés africains qui ont besoin d' une eau très dure et alcaline.

Type de reproduction :

Les poissons se reproduisent de manières très différentes, selon les espèces, et vous pouvez bien entendu regarder, c' est même là tout l' intérêt. En fait, admirer la reproduction des poissons est l' une des choses les plus fascinantes de l' aquariophilie car il existe de très nombreuses formes de reproduction chez les poissons.

Il existe deux formes principales de reproduction chez les poissons : les poissons pondant des oeufs (ovipares) et les ovovivipares ( appelés aussi vivipares).

Les poissons (ovo)vivipares se comportent comme leur nom l' indique. Les femelles donnent naissance à des petits entièrement formés, capables de nager dès la naissance. La femelle est fécondée par un mâle de manière interne, et porte les oeufs environ un mois avant de "mettre bas". Lors de l' accouchement, les petits nagent et se cachent, et commencent à rechercher de la nourriture.

Les ovovivipares les plus connus sont les mollies, les platies, les porte-épée et les guppies. Il existe d' autre ovovivipares . Ils sont faciles à sexer car les femelles sont généralement plus trapues et moins colorées que les mâles, et le mâle présente le plus souvent une nageoire annales transformée en forme de tube, appelée gonopode qu 'il utilise pour féconder les femelles. Après avoir été fécondée, la femelle peut produire plusieurs portées sans la présence d' un mâle, la semence conservée étant suffisante pour plusieurs portées.

Les poissons ovipares sont des pondeurs d' oeufs : le poisson ponds des oeufs plutôt que de donner naissance à des petits "tout fait". L' embryon se développe, les oeufs éclosent et donnent naissance à des alevins, qui comportent une sac de vitellus (vésicule vitelline) qui va leur permettre de devenir un vrai petit poisson. Ce processus complet prend généralement une dizaine de jours, bien qu 'il puisse varier largement selon les espèces.

Les ovipares utilisent différentes méthodes pour pondre leurs oeufs.

Les pondeurs de pleine eau lâchent les oeufs en pleine eau, près des plantes ou sur le sable. Le mâle pourchasse la femelle lors de l' accouplement, et les oeufs sont fécondés en pleine eau lorsqu 'ils sont expulsés par la femelle. Les jeux de la parade nuptiale sont spectaculaires car les poissons ne cessent de se poursuivre, ignorant tout le reste, même l' éventuelle nourriture. Les tétras, les barbus, les rasboras et les danios sont des exemples d' espèces qui pondent en pleine eau.

Les pondeurs sur substrat sont, quant à eux, un peu plus difficiles sur le choix du support sur lequel ils vont déposer leurs oeufs. Ils déposent des oeufs qui adhèrent au substrat. Les plantes, les rochers, les racines, et même la vitre de l' aquarium peuvent être choisis comme support de ponte. Les deux parents participent à la ponte, le mâle fertilisant les oeufs au fur et à mesure que la femelle les dépose. De nombreux poissons chats, certains cichlidés et les killies sont des pondeurs sur substrat.

Les poissons qui construisent des nids de bulles déposent leurs oeufs dans un nid de bulles constitué par le mâle. Les bulles sont collées entre elles par la salive et ressemblent à de la mousse. Elles ont tendances à attirer les infusoires que les alevins peuvent manger, et tiennent les oeufs près de la surface où ils sont mieux oxygénés. Seuls quelques oeufs sont pondus à la fois, et sont soigneusement placés dans le nid de bulles jusqu 'à l' éclosion. Les exemples fameux des constructeurs de nids de bulles sont les combattants (bettas) et les gouramis.

Les incubateurs buccaux protègent bel et bien les oeufs dans leurs bouches jusqu 'à ce que ceux-ci éclosent. Les oeufs sont là encore pondus par petits paquets, et une fois qu 'ils ont été fécondés par le mâle, le parent qui effectue l' incubation buccale les engloutis dans sa bouche. Le parent mange peu, voire pas du tout, jusqu 'à ce que les alevins soient relâchés. Exemples d' incubateurs buccaux : certains cichlidés (femelles)

Un bon choix de population est nécessaire si l'on veut des reproductions en bac d'ensemble (parfois, seule la reproduction en bac spécifique est possible).

voila pour l information
avatar
poisson
Alevin
Alevin

Masculin
Nombre de messages : 113
Age : 45
Localisation : AUDE
Emploi : manutentionaire.
Litrage du bac : LE SPORT
Date d'inscription : 21/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: reproduction des poissons a lire

Message par arry1 le Sam 23 Fév - 2:15

lol un grand merci pour toutes ces infos Wink

_________________
avatar
arry1
webmaster
webmaster

Masculin
Nombre de messages : 965
Localisation : Belgique (Liege)
Emploi : Etudiant
Litrage du bac : 160L
Date d'inscription : 15/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://aquafish.1fr1.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum